Si le SMIC peut contribuer à la baisse du taux de chômage, sur le long terme, il créé des barrières à l’emploi peu qualifié. Au New-Jersey, l’augmentation du salaire minimum a entrainé un effet positif au niveau de l’activité. Par contre, en France, son niveau a engendré une hausse relativement importante du taux de chômage. Afin d’inciter les entreprises à embaucher et réduire le nombre d’actifs sans emploi, des experts ont estimé que le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance devrait être remplacé par un revenu universel d’activité.

Une baisse du pouvoir d’achat et une hausse du taux de chômage

Dans de nombreux États à travers le monde, diverses décisions ont été prises concernant le SMIC. En Californie, le salaire minimum devrait être fixé à 14 € par heure en 2022 tandis qu’au Royaume-Uni, il sera de 11,50 € par heure.

Bien que la France ait été un exemple pour ces États dans la mise en place de ce type de dispositif de rémunération, elle cherche actuellement une solution pour réduire le taux de chômage entrainé par celui-ci. En effet, le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est devenu a mis un grand nombre d’actifs sur le banc de touche et a causé une réduction du pouvoir d’achat pour ceux qui ne peuvent en bénéficier, à savoir les indépendants et les autoentrepreneurs.

D’après des études, environ 1,3 millions de salariés sont rémunérés à un niveau inférieur au revenu minimum.

Le revenu universel d’activité : un remplaçant pour le SMIC ?

Pour certains experts, le revenu universel peut être une excellente alternative au SMIC. Ce dispositif a pour objectif de fournir des allocations aux citoyens et de les offrir la possibilité de les compléter, selon leur bon vouloir. Néanmoins, la mise en place de ce revenu entrainerait des dépenses exceptionnelles (150 milliards d’euros approximativement) et pourrait encourager les chômeurs à délaisser la recherche d’emploi, puisqu’ils bénéficieront d’un certain montant sans avoir à travailler.

SMIC-SMIC

Si ce premier dispositif n’aidera pas la France dans la lutte contre le chômage et la réduction du pouvoir d’achat, le revenu universel d’activité pourrait, selon  l’Observatoire du long terme, être la meilleure solution pour relancer la consommation et les embauches dans l’Hexagone. Il prend en compte tous les individus qui entreprennent des activités salariées ou non (indépendants, autoentrepreneurs, etc.) et a pour but d’offrir un de compléter la rémunération de ceux qui touchent un revenu inférieur au SMIC et à 1 500 €.