Depuis sa création, SMIC a toujours soulevé de nombreuses questions mais la possibilité de mettre en place un salaire minimum selon les secteurs, les régions ou les départements, n’a pas vraiment été abordée.

Actuellement, face aux difficultés que la France éprouve depuis le coup dur de 2008, une rémunération minimum en fonction des réalités du terrain peut devenir une des solutions les mieux adaptées pour que la conjoncture puisse retrouver ses couleurs.

Une alternative à la diminution des cotisations sociales

Les cotisations sociales prélevées sur le salaire minimum vont une nouvelle fois subir une diminution. Si cette solution parait relativement efficace pour offrir davantage de pouvoir d’achat aux ménages en difficulté, elle pourrait porter atteinte aux travailleurs, qui seront transformés en assistés. D’autre part, cette mesure pourrait être considérée comme une levée de l’obligation morale de contribuer pour les smicards.

Comme alternative à cette baisse des cotisations, certains experts avancent la mise en place d’un SMIC selon les régions. En effet, le coût de la vie est très différent en fonction des secteurs. Dans les zones rurales, un travailleur percevant une somme égale au Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance peut accéder à une habitation décente et satisfaire aisément leurs divers besoins (nourritures, etc.). Par contre dans les grandes villes, notamment dans l’agglomération parisienne, le SMIC est loin d’être suffisant et les travailleurs doivent généralement se faire subventionner.

De nombreux avantages

bulletin

La suppression du SMIC serait une mesure inadaptée à la situation actuelle, en France. Par ailleurs, la mise en place d’un salaire minimum différent en fonction des réalités du terrain pourrait être une solution très efficace pour optimiser l’attractivité de certaines régions.

En effet, grâce à la baisse du coût du travail dans certaines zones de l’Hexagone, les entreprises seront moins enclines à se concentrer dans les grandes agglomérations. Par ailleurs, celles-ci pourraient être soulagées  de leur population excédentaire.

Hormis la meilleure répartition des entreprises sur le territoire, le SMIC selon les réalités du terrain serait un excellent moyen de remettre la décentralisation au goût du jour, puisque les élus locaux pourront prendre des décisions concernant le niveau de la rémunération minimale dans leur région. En d’autres termes, ils deviendront nettement plus responsables devant leurs électeurs contribuables, sans pour autant mettre en place une véritable fiscalité locale.