Pour permettre à l’Etat de diminuer ses dépenses notamment sur les salaires minimums, Pascal Lamy, à la fois membre du parti socialiste et non moins ancien directeur général de l’OMC préconiserait plutôt aux jeunes des petits boulots dont les salaires peuvent être en dessous du Smic.

Encore des étapes à franchir

Pour ce camarade de François Hollande, l’idée est d’inciter les jeunes sans expérience et sans diplôme à toucher une rémunération équivalente  à leur productivité. Et pourtant, cet économiste sait très bien qu’il lui reste encore du chemin à parcourir pour que son idée soit acceptée par les autres membres de son parti.

En effet, il y a 20 ans de cela, Edouard Balladur tentait déjà de mettre en place un Smic différencié sous la forme d’un contrat d’insertion professionnel qui devait concerner les jeunes peu qualifiés de moins de 26 ans. Le projet a voué à l’échec suite à de nombreuses contestations.

Révision du smic

pascal_lamy

Pour Pascal Lamy, certains jeunes ne méritent pas de toucher la valeur actuelle du salaire minimum. Selon l’économiste, près d’un tiers des moins de 26 ans sont actuellement rémunérées au smic alors que juste un peu plus d’un dixième des salaires en profitent.

De plus, ce sont les moins de 25 ans qui choisissent souvent de se mettre au chômage à tel point qu’en France, les statistiques indiquent que 24% des jeunes de moins de 24 ans n’exercent pas de travail.

Selon Bertrand Martinot, auteur de « Chômage : inverser la courbe » et ancien délégué général à l’emploi, les « jeunes » représentent vraiment un cas particulier car en plus de leur niveau d’études assez faible, ils sont également sujets à un manque d’expérience. Ce n’est donc pas étonnant si de nombreux chômeurs ne sont pas acceptés par le RSA.