En 2017, les salariés de Shanghai ont bénéficié d’une hausse de 5 % sur leur salaire minimum. En effet, le SMIC de Shanghai est passé à 2300 RMB, soit 306 euros. Cette mince augmentation s’explique par l’envie de maintenir le rythme de la compétition face à la diminution de l’exportation et de la consommation.

À Shanghai, le SMIC vaut le double des autres régions

Pour lutter contre l’extrême pauvreté, les salaires minimums de la Chine connaissent une augmentation régulière. Cependant, le montant proposé par chaque préfecture n’est pas le même. Avec la nouvelle hausse de 5 %, le SMIC de Shanghai représente le double de certaines régions.

Alors qu’à Guangxi, le salaire minimum est estimé à environ 1000 RMB (133 euros) par mois en 2016, tandis que 1150 RMB (153 euros) dans l’Anhui. La variance entre le coût de la vie justifie en partie cette différence de rémunération entre régions. Il y a aussi l’envie d’attirer une main-d’œuvre qualifiée.

Argent RMB

Pour la municipalité de Shanghai, cette augmentation s’avère la plus basse depuis 2009. Pour rappel, la Chine a connu une crise qui a entrainé un gel de salaire en 2009. Rappelons encore qu’en 2015, le SMIC de Shanghai ait reçu une hausse de 11 % et 8,6 % en 2016.

Inégalité de salaire entre les ouvriers et le directeur

Certes, Shanghai demeure la ville la mieux payée de Chine. Son SMIC a augmenté de 9,5 % en 2016 par rapport à celui du 2015. Ce qui donnait un montant de 6504 RMB, soit 866 euros. La croissance économique est en baisse, mais la préfecture garde une longueur d’avance quant à la rémunération des salariés.

Par ailleurs, l’inégalité de salaires entre les ouvriers et leurs patrons fait l’objet d’une grande discussion. Ainsi, une loi confiscatoire a été mise en vigueur pour lutter contre le débordement et ravir les travailleurs en usine. À ce contexte, le salaire des tops exécutifs est plafonné à 600 000 RMB (79 865 euros) par mois dans les entreprises d’État.

Malgré ce plafonnement salarial, les bonus mensuels restent un instrument de disparité de salaires indéniable. Les salariés moins payés sont obligés de faire des heures supplémentaires pour subvenir convenablement à leur besoin. En plus des 40 heures de travail par semaine, ils travaillent quelques heures de plus par jour.

Salaire appliqué à Shanghai : étude de certains cas

travailleurs chinois

Ci-dessous le résultat d’une étude mené en 2016 sur ce qu’un salarié peut gagner à Shanghai compte tenu de son statut :

  • Responsable financier : 20 à 25 000 RMB par mois, soit entre 2 663 et 3327 euros ;
  • Ingénieur en programmation informatique : 15 et 25 000 RMB, soit entre 1.996 et 3 327 euros ;
  • Manager général des ventes : 70 et 150 000 RMB par mois, soit entre 9 324 et 19 980 euros ;
  • Manager marketing : 55 et 75 000 RMB par mois, soit entre 7 326 et 9 324 euros.

Cependant, un livreur de colis gagne seulement 3 400 RMB par mois (453 euros), malgré ses durs labeurs :

  • 12 heures de travail par jour ;
  • Parcours de plus 40 km ;
  • Frais de communication téléphonique et amende en cas d’infraction du code de la route non prise en charge.

À titre d’information, la règle stipule que les heures supplémentaires ne peuvent pas dépasser de 3 heures par jour et 36 heures par mois. La rémunération est fixée à 150 % du taux horaire durant les jours normaux, 200 % pour les jours de repos, et 300 % durant les vacances nationales.