En juin 2014, le salaire moyen des assistantes maternelles en activité était de 1 108 €, pour une durée moyenne de travail de 335 heures par mois. Cette rémunération est restée en dessous du SMIC, malgré une hausse de l’ordre de 6,8% de 2010 à 2014.

De grandes différences en fonction de la zone géographique

D’après une enquête menée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, le salaire horaire moyen des assistantes maternelles était de 3,40 € par enfant accueilli, en juin 2014.

Cependant dans un rapport de branche publié par la fédération des particuliers employeurs en France, les assistantes ne percevaient pas nécessairement de faibles rémunérations, durant cette année. En effet, dans son étude, elle a remarqué d’importants écarts en fonction de la zone géographique.

Dans la Sarthe, le salaire horaire moyen s’élevait à 2,66 € tandis qu’en Haute Corse, elle était de l’ordre de 4,26 €. Les rémunérations les plus élevées enregistrées par la fédération étaient celles de la région Île-de-France, des DOM et du Sud-est du territoire français.

A titre d’information, le salaire d’une assistante maternelle agréée est constitué d’une rémunération de base et de différentes indemnités. En 2014, le salaire minimum par enfant accueilli était de 2,06 €, soit approximativement 0,28 fois le SMIC horaire. De 2010 à 2014, le nombre moyen d’heures rémunérées a légèrement augmenté, en raison de la hausse du nombre d’enfants accueillis, ce qui a permis à la rémunération mensuelle de progresser.

Des salaires en recul

D’après Sévérine Poméon, la secrétaire générale adjointe du Syndicat national professionnel d’assistants maternels et familiaux, les acteurs de ce domaine sont libres de choisir leur tarif horaire.

Toutefois, ils ne peuvent pas procéder à une augmentation trop importante puisqu’ils sont soumis aux lois de la concurrence. Ainsi, si certains de leurs collègues décident de baisser les tarifs, ils doivent faire de même sous peine de se retrouver en difficulté.

Toujours selon Sévérine Poméon, dans certains relais d’assistantes maternelles, les professionnels subissent une forte pression à la baisse sur les prix. Pourtant, leur dépendance aux RAM devient de plus en plus importante et ils sont donc obligés de se soumettre à cette pression.

A titre d’information, malgré le recul progressif de leur salaire, les assistantes maternelles bénéficient de déductions d’impôts et de nombreux avantages sociaux.