Le Smic ou salaire minimum interprofessionnel de croissance est une rémunération minimum que tout salarié du secteur privé ou public devrait percevoir.

Généralement, le montant du salaire brut, calculé en fonction des heures de travail d’un employé, doit être supérieur au Smic horaire.

Les cas dans lesquels l’employeur peut proposer une rémunération inférieure au Smic

Il existe des cas spécifiques, offrant aux employeurs la possibilité d’offrir une rémunération inférieure au Smic.

Les apprentis et les jeunes salariés en contrat de professionnalisation sont, dans la majorité des cas, rémunérés à un niveau inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance.

D’autre part, une entreprise peut également proposer une rémunération inférieure au Smic, si l’employé a moins de 18 ans, avec moins de six mois d’expérience dans la branche d’activité de la société.

Pour information, en France, le salaire minimum est fixé à 9,53 € par heure. La rémunération brute mensuelle divisée par le nombre d’heures de travail d’un salarié doit donc être supérieur à 9,53 €, si celui-ci n’est pas compris dans les catégories d’employé mentionnées ci-dessus. Pour 100 heures de travail, il devrait percevoir plus de 950 €.

Une rémunération de 9,53 € représente environ 1 445,8 € par mois et 151,67 heures de travail. En déduisant les différentes taxes et les cotisations, ce montant est réduit à 1 128,70 € par mois, soit approximativement 7,44 € par heure.

Un Smic révisé par année

 

Chaque année, plus précisément tous les 1er janvier, le salaire minimum interprofessionnel de croissance est  revalorisé. Cette revalorisation est effectuée en fonction de l’inflation et des revendications réalisées par les organisations syndicales et patronales.

D’après la loi Warsmann, mise en vigueur en 2012, ces organisations doivent entamer des négociations, au plus tard trois mois avant la date prévue pour la revalorisation. Ce délai a été mis en place, afin de pouvoir adapter les minima salariaux dans le cas où, ils descendent en dessous du niveau du dernier Smic.

Il est à noter que, si la convention collective n’a pas encore été mise à jour, les employeurs doivent obligatoirement appliquer le salaire minimum. En d’autres termes, aucun salarié ne peut être payé au dessous de ce dernier, à l’exception de certaines catégories.