Un employeur doit obligatoirement payer tous ses salariés à niveau égal ou supérieur au SMIC. Toutefois, pour certaines catégories de travailleur, telles que les apprentis, le patron a le droit d’imposer des rémunérations inférieures au montant du Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.

Les apprentis

Les contrats d’apprentissage ont été mis en place, afin de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes âgés de 16 à 25 ans. Ce contrat est conclu entre l’employeur et le travailleur ou son représentant légal (tuteur, parents, etc.).

Durant toute la durée de l’apprentissage, les salariés suivent des formations professionnelles complètes au sein d’une entreprise et auprès d’un centre de formation d’apprentis. A la fin du contrat, ils obtiendront un diplôme ou un titre qui a pour objectif de justifier leurs compétences.

En tant que travailleur, l’apprenti perçoit un salaire de la part de son employeur. Cependant, cette rémunération n’est qu’un pourcentage du SMIC et diffère en fonction de l’âge de l’employé et de sa progression dans la formation.

Le salaire de l’apprenti en fonction de son âge

Pour un apprenti de moins de 18 ans, le salaire mensuel est estimé à 364,38 €, pour la première année, et à 539,28 €, pour la deuxième année. A la troisième année de la formation, la rémunération sera portée à 772,49 €.

Pour la tranche d’âge des 18 à 20 ans, le salaire mensuel de la première année est de 597,58 €, et de 714,18 € pour la deuxième année. Lors de la troisième année, l’apprenti âgé de 18 à 20 ans, percevra 947,39 € par mois.

Enfin, pour les jeunes en contrat d’apprentissage, âgés de 21 ans et plus, la rémunération est évaluée à 772,49 € la première année. Pour la deuxième et la troisième année, les salaires seront respectivement de 889,09 € par mois et de 1 136,87 € par mois.

salaireSMIC

Pour information, le contrat d’apprentissage peut être accessible à un travailleur âgé de plus de 26 ans, dans le cas où celui-ci est reconnu comme étant une PMR (Personne à Mobilité Réduite) ou dans le cadre d’une succession de contrats.

Si l’apprenti a subi une rupture de contrat qui s’est effectuée indépendamment de sa volonté, il peut également bénéficier du contrat de formation, après ses 26 ans.