90 % des pays dans le monde adoptent le SMIG ou Salaire minimum interprofessionnel. L’Afrique ne fait notamment pas exception à la règle, mais selon le rapport du Bureau international du travail, le continent affiche une grande disparité en fonction des régions. Le Smig au Maroc reste le plus élevé avec 2 110 Dirham marocain par mois. Soit environ 210 euros.

La région du Maghreb à la première position

Alors que le Smig le plus bas est de 6 dollars par mois au Burundi, les chiffres les plus élevés sont enregistrés dans la région du Maghreb. Selon le rapport du BIT ou Bureau international du travail, les trois premières places sont en effet occupées par le Maroc, la Tunisie et l’Algérie. Les chiffres recueillis en 2012 affichent un Smig marocain de 2 110 Dirham par mois. La Tunisie se retrouve à la seconde place avec quelques centaines de Dirham de près, suivie par l’Algérie. Les pays du Sahara ne sont pas non plus en reste. Kenya affiche notamment un Smig d’environ 2 500 shillings par mois, soit dans les 230 dollars.

Maroc, un Smig en progression permanente

Montant du SMIG au MarocEntre 2008 et 2012, le Smig marocain a connu une augmentation de 26,7 %, avec un passage de 9,66 à 12,24 Dirham par heure. Il s’agit du salaire minimal le plus élevé du Maghreb et de l’ensemble de l’Afrique. Ce chiffre est appliqué dans différents secteurs d’activité, dont ceux de l’industrie, des services ainsi que du commerce. Les domaines de l’habillement, du textile, ainsi que les secteurs forestiers et agricoles sont également  concernés par ce Salaire minimum.

Le gouvernement marocain prévoit encore une augmentation conséquente dans les années à venir. Abdelilah Benkirane compte notamment appliquer un Smig de 3 000 Dirham par mois d’ici 2016. Le coût de la vie au Maroc reste néanmoins assez élevé. Les évolutions à venir dépendent essentiellement de la situation économique du pays.