Pour la première fois après sa mise en place le 1er janvier 2015, le Smic horaire allemand va bénéficier d’une augmentation. Cette hausse a été fixée à 34 centimes, soit 4%, et devrait être appliquée l’an prochain.

Une légère hausse du SMIC attaquée par les syndicats

Au début de l’année 2017, les travailleurs allemands pourront désormais toucher 8,84 € par heure, au lieu des 8,50 € classiques. Cette hausse a été décidée par le Gouvernement allemand et permettrait à un employé travaillant 37,5 heures par semaine de gagner approximativement 660 € de plus, par année.

Si l’augmentation est relativement faible, son coût pourrait atteindre 1 milliard d’euros chez les employeurs, d’après une étude publiée dans le quotidien Passauer Neue Presse. Cependant, malgré cet important impact sur les entreprises, les syndicats allemands n’ont pas manqué de faire part de leur mécontentement. En effet, ils ont espéré une augmentation plus conséquente pour optimiser le pouvoir d’achat des travailleurs.

D’après le syndicat des services Ver.di, le salaire minimum devrait dépasser la barre des 9 € en 2017 et atteindre 10 € dans  un avenir proche.

Face à la déception des associations luttant pour la hausse du pouvoir d’achat des employés, l’Association des employeurs allemands, ou BDA, a clairement affirmé qu’un salaire minimum à deux chiffres serait très handicapant pour l’économie du pays et ne serait pas envisageable même en 2020.

Un léger impact sur l’économie ?

Deux ans après son instauration, le Smic horaire allemand créé toujours la polémique. Les détracteurs ont supposé qu’une rémunération plancher de 8,50 € entrainerait la disparition de près de 1,2 million de postes en République fédérale. Toutefois, une étude de l’Institut allemand de recherche sur le marché du travail et de l’emploi a permis de démontrer que la mise en place du salaire minimum n’a provoqué qu’une perte ou une non-création de 60 000 emplois. D’après l’enquête, seulement 10% des entreprises allemandes sont contre la rémunération plancher.

Si le Smic n’a donc pas entrainé de perte importante au niveau des emplois, son augmentation pourrait-elle, cette fois-ci, entrainer des conséquences négatives sur les recrutements ? Pour l’instant, les chiffres ne traduisent pas encore les prochaines tendances et il semblerait que l’Allemagne affiche une croissance stable. De 2013 à 2015, le nombre de travailleurs recevant des aides sociales en raison de leur revenu trop faible a enregistré un recul, en passant de 1,31 à 1,23 million de personnes.

smic-horaire

D’autre part, bien que le pourcentage d’Allemands risquant de tomber dans la pauvreté a subi une hausse (de 15,4% à 15,7%), les autorités estiment que ce taux devrait être stable si les réfugiés ont été exclus de l’étude.