France Stratégie a livré son plan pour développer l’emploi dans l’Hexagone jusqu’en 2027. Suite au diagnostic réalisé par le think tank rattaché à Matignon, Antoine Naboulet a déclaré qu’il n’y a pas lieu de faire un arbitrage entre la qualité et la quantité des emplois.

Un taux de chômage en baisse et des propositions axées sur les formations

Selon les études de France Stratégie, le taux de chômage est élevé sur le territoire français mais la qualité de l’emploi a atteint un excellent niveau. Les experts du think tank ont également remarqué un certain recul du chômage, durant les quinze dernières années.

Suite à ce constat, les spécialistes ont estimé que l’évolution des formations initiales et continues serait une des solutions à adopter pour faire progresser le taux d’emploi. Selon Hélène Garner, le renforcement des formations permettraient de conserver la qualité actuelle tout en rendant les individus employables, durant l’ensemble de leur vie active.

Concernant les problèmes liés à l’embauche, les spécialistes en charge de l’étude ont affirmé que, si la politique d’exonération de cotisations employeurs mis en œuvre dans les années 90 a eu des effets positifs sur l’emploi, la combinaison entre l’allègement et le SMIC n’a pas réussi à endiguer le chômage.

Une réduction des cotisations sociales et une révision du SMIC

laroutedelemploiLe document dévoilé par France Stratégie propose la poursuite des modifications du montant et du ciblage des allègements à la charge du budget de l’Etat français. Les spécialistes estiment que le Cice devrait être converti en réduction de cotisations sociales, afin de lutter contre le chômage.

Au niveau du SMIC, le think tank n’a pas hésité à soulever un sujet tabou, afin de soutenir l’emploi peu qualifié. En effet, les experts ont proposé un Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance différencié selon l’âge, les branches ou la zone géographique. D’après eux, cela offrirait un meilleur dynamisme à l’embauche et permettrait aux actifs peu qualifiés d’accéder à un travail, avec une rémunération convenable.

Outre la réduction des cotisations sociales et la révision du SMIC, France Stratégie a insisté sur l’importance de la négociation collective. Selon Antoine Naboulet, en offrant plus de poids à la négociation collection, il serait possible d’aboutir à “une meilleure adaptation des modes de rémunération et des conditions de travail, aux besoins des entreprises et des salariés”.