Dans l’optique d’encourager certains investissements, l’Etat a lancé de nombreux dispositifs de défiscalisation. Comme leur nom l’indique, ces derniers permettent de réduire les impôts et donc de réaliser des économies non-négligeables, à condition de se remplir des conditions d’éligibilité. Parmi les dispositifs les plus intéressants, on peut citer ceux destinés à l’investissement immobilier et aux placements financiers.

Les dispositifs de défiscalisation immobiliers

Depuis de nombreuses années, l’Etat incite les particuliers à investir dans la pierre. Remplaçant la loi Duflot, la loi Pinel est destinée à l’investissement locatif et permet de bénéficier jusqu’à 21% de réduction d’impôt, sur le montant engagé dans l’achat d’un bien. Pour être éligible à ce dispositif, il tout d’abord nécessaire d’acquérir un bien neuf ou un bien ancien, ayant fait l’objet d’importants travaux de rénovation.

Ensuite, il faut s’engager à louer le logement pendant une certaine durée, tout en respectant des plafonds de loyers et de revenus (locataires).

Outre la loi Duflot, la location meublée permet de réaliser des économies d’impôt plus ou moins importantes, grâce au LMNP Censi-Bouvard.

A titre d’information, deux dispositifs ont été spécialement élaborés pour l’acquisition de logement ancien : la loi Malraux et le déficit foncier. Pour ceux qui ne souhaitent pas investir dans le neuf, ces derniers restent des incontournables pour défiscaliser.

Les dispositifs de défiscalisation financiers

Tout placement financier n’ouvre pas droit à une réduction ou une déduction d’impôt. Toutefois, les autorités offrent un large choix d’investissements permettant de défiscaliser aux particuliers (source : defiscalisation-france.fr). Parmi les plus connus, on peut citer l’investissement dans le capital d’une entreprise via un Plan d’Épargne en Actions (PEA) les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) et les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP).

Hormis les PEA, les FCPI et les FIP, les placements d’épargne pour la retraite permettent d’accéder à des avantages fiscaux plus ou moins intéressants. Avant de réaliser un quelconque investissement, il est fortement conseillé de se renseigner sur les différentes solutions de défiscalisation proposées par l’Etat et leurs spécificités. Pour ce faire, il est possible de s’appuyer sur les guides téléchargeables sur le web ou les simulations. Ces dernières fournissent des informations relativement complètes concernant les dispositifs et de calculer rapidement les économies d’impôt réalisables, sur un projet d’investissement.

Le fonctionnement des réductions d’impôt

En fonction du dispositif, le déroulement des réductions d’impôt peut être différent. Certaines solutions de défiscalisation offrent des réductions dites en “one-shot”. En d’autres termes, les avantages fiscaux sont appliqués en une fois, suite à l’investissement.

Par ailleurs, dans le cas de la loi Pinel, les réductions sont effectuées sur des périodes relativement longues et de manière échelonnée. Selon la durée de la mise à la location et le montant de l’investissement, ce dispositif succédant à la loi Duflot permet de bénéficier jusqu’à 54 000 € d’abattement.

Si les économies d’impôt proposées par certaines solutions sont particulièrement attrayantes, elles ne doivent pas constituer les objectifs principaux des investissements. Ces derniers doivent avoir d’autres buts nettement plus concrets.

L’achat d’un bien destiné à la location doit être réalisé pour se constituer un patrimoine ou tout simplement, pour bénéficier d’un supplément de revenu, grâce aux loyers.

D’autre part, les placements financiers doivent être effectués pour optimiser un capital, en vue de la mise en place d’un projet ou pour préparer sa retraite.