A l’approche de l’hiver, de nombreux français commencent à allumer leur chauffage sans prendre conscience que les frais engendrés peuvent parfois être mirobolants. Selon une étude réalisée récemment, les dépenses engagées annuellement par un chauffage dans un foyer peuvent atteindre la valeur du Smic.

Les données obtenues lors des dernières enquêtes

Le site Fioulmarket et l’Ifop viennent de mener une étude sur le prix du chauffage actuellement. Les résultats obtenus révèlent que la consommation peut monter jusqu’à 150€ par mois, soit une moyenne annuelle de 1 087€ qui correspond au Smic. En général, bon nombre des consommateurs dépensent aux environs de 1 000€ pour le chauffage. Les personnes âgées ainsi que celles habitant dans les anciennes bâtisses paieraient même 1207€ et 1362€ par an.

Des dépenses considérées par certains experts comme exagérés. Certains ménages estiment également qu’aujourd’hui, savoir gérer sa consommation énergétique est indispensable afin de réduire les frais qui y sont rattachés. Selon eux, l’optimisation de la consommation en programmant les plages horaires du chauffage est l’une des meilleures techniques pour arriver à cette fin. Il est également important de respecter les recommandations de l’Agence de la maîtrise de l’énergie et de l’environnement en optant pour une température pas plus de 19°C à la maison.

Les solutions entreprises pour réduire les dépenses

réduction de frais

Si certains ménages choisissent de chauffer la maison à faible température pour réduire la facture, d’autres se disent prêts à changer de fournisseurs. En effet, 57% des Français affirment ne pas avoir de mal à envisager d’autres fournisseurs d’énergie si le coût proposé est plus attrayant. 20% de la population réduit à moins de 19°C la température et préfère s’encombrer de plusieurs vêtements et couvertures. 9% dit, être capable de changer de fournisseur également mais pour des produits de meilleure qualité. Par ailleurs, 69% estime être prêt à régler leur facture en ligne si cela permet de faire des économies considérables.