Depuis la mise en place du SMIC, tous les Présidents français ont procédé à une révision à la hausse du salaire minimum, l’été suivant le début leur mandat. Contre toute attente, Emmanuel Macron n’a pas décidé de suivre le scénario classique et a préféré concentrer ses efforts sur d’autres éléments.

Aucune hausse du SMIC pour Emmanuel Macron

Le SMIC fait généralement l’objet d’une révision tous les 1er janvier. Cependant, les autorités peuvent apporter des modifications chaque 1er juillet et l’augmentation du salaire minimum à cette période de l’année est devenue une habitude des Présidents entamant leur mandat.

Si les travailleurs ont attendu une hausse de la part d’Emmanuel Macron, le nouveau locataire de l’Elysée n’a pas réalisé leur souhait. En effet, le Président français fraîchement élu n’a pas appliqué d’augmentation du Smic et a justifié son choix par la faible inflation enregistrée dans l’Hexagone, au mois de mars dernier.

A titre d’information, après son élection, François Hollande a procédé à une révision à la hausse du SMIC horaire, bien que le changement ne soit pas réellement notable. L’ancien Président de la République française a appliqué une augmentation de 0,6%.

Des efforts concentrés sur la prime d’activité et l’allocation chômage

Dans sa stratégie, Emmanuel Macron ne cible pas une amélioration du SMIC en tout cas, pour le moment. Le Président souhaite en effet se concentrer sur d’autres éléments qu’il estime nettement plus important, dans le but de relever le pouvoir d’achat des Français et de réduire le chômage.

Pour lui, il est préférable de procéder à la hausse du montant de la prime d’activité afin d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages à bas revenu. Au lieu de s’attaquer au SMIC, il a donc décidé d’augmenter cette prime de 50%.

Concernant les 2,5 millions d’actifs indemnisés par l’assurance-chômage, le Président a opté pour une hausse symbolique de 0,65% des allocations. Cette augmentation symbolique concerne aussi bien la partie fixe de l’ARE, ou allocation d’aide au retour à l’emploi, l’allocation minimum et les demandeurs d’emploi réalisant une formation.

Si elle est actuellement de 28,67 € par jour, l’indemnité minimum devrait donc passer à 28,86 € par jour dans un avenir proche.