Avec un Smic à 18 000 dinars (environ 163 euros) en Algérie, la question s’est posée s’il était possible de vivre normalement avec un tel budget. Pour y répondre, une petite évaluation des coûts à supporter dans la vie de tous les jours a été réalisée. 

Les dépenses à assurer chaque mois

Suite à notre article sur les astuces pour vivre du salaire minimum en France, nous avons décidés de réitérer mais cette fois-ci, de l’autre coté de la méditerranée. En Algérie, un jeune de 25 ans, pour son premier emploi ne peut généralement pas espérer plus que le SMIC comme rémunération. Fixée à 18 000 dinars (163 euros), cette dernière doit subvenir aux différents besoins du salarié  à commencer par le logement. Il est difficile de trouver un toit décent en dessous d’un loyer à 25 000 dinars (227 euros) dans les différentes villes du pays et encore l’option correspondant à ce budget est un petit studio d’à peine 20 m². De plus, la consommation d’eau nécessite 1 000 dinars (9 euros) et celle de l’électricité 350 dinars (3 euros 20) en plus.

Pour ces raisons, nombreux préfèrent rester chez les parents et ainsi éviter de s’entasser dans une surface réduite en faisant une colocation avec trois ou quatre autres personnes. Pour le déplacement, il faut compter 1 300 dinars (11.81 euros) par semaine pour le carburant ou un abonnement mensuel au métro pour un budget de 1800 dinars (16.36 euros). Au cas où une course en taxi est nécessaire, 500 dinars (4 euros et 50 centimes) au minimum par itinéraire sont indispensables.

D’autres frais incontournables

Dinar en AlgérieAvec un budget de 18 000 dinars (163 euros), même si l’on réside chez les parents, économie et restriction doivent être les mots d’ordre. De ce fait, les poissons et les fruits de mer ne sont à acheter que rarement car le kilo est entre 400 à 800 dinars (3 à 7 euros) alors que les côtelettes, le gigot ou le filet d’agneau ne sont qu’à 150 dinars le kilo soit l’équivalent de la somme de 1.36 euro.

Les merguez, quant à eux, sont une véritable aubaine à seulement 80 dinars le kilo (73 centimes d’euro). Même certains fruits sont à bannir de la liste des courses lorsqu’on ne vit que du Smic. En effet, les raisins sont loin d’être économiques avec 175 dinars le kilo (1.59 euro). Les pommes golden importées d’Espagne sont également hors de prix avec un kilo à 200 dinars soit 1.82 euros.