Le Code du travail impose aux ETT (entreprises de travail temporaire) des règles spécifiques concernant la rémunération des intérimaires. A l’instar d’un travailleur classique, ces derniers ont des droits en matière de salaire.

Les règles de rémunération d’un intérimaire

En premier lieu, le salaire d’un intérimaire doit être égal ou supérieur au SMIC. D’autre part, l’employeur n’est pas en droit de fixer une rémunération inférieure à celle d’un salarié classique évoluant dans le même poste et qui a les mêmes qualifications que le travailleur temporaire. Il ne doit également pas refuser de payer les primes liées à l’activité de ce dernier sous peine de subir des sanctions plus ou moins importantes.

Concernant les versements, l’entreprise de travail temporaire doit payer le salaire d’un intérimaire deux fois par mois, minimum. L’intervalle entre les deux versements ne doit pas excéder 16 jours.

Durant les paiements, elle est obligée de remettre un bulletin de paie à ses salariés temporaires.

Il est à noter qu’en refusant de se plier aux règles imposées par le Code du travail, une entreprise s’expose à une amende de 3 750 €. En cas de récidive, cette amende peut être portée à 7 500 € et l’employeur risque une peine d’emprisonnement de 6 mois.

Les différentes indemnités d’un intérimaire

salaire-interim

Tout comme un salarié classique, l’intérimaire a droit à différentes indemnités qui viendront s’ajouter à sa paie principale.

Parmi ces indemnités, on peut citer celle de fin de mission, celle compensatrice de congés payés, celle compensatrice de repos compensateur et celle liée aux déplacements (frais de transport, etc.).

Dans le cas où l’entreprise propose des indemnités de chômage-intempéries à ses travailleurs classiques, elle doit obligatoirement offrir aux intérimaires, la possibilité d’en bénéficier si des intempéries imposent l’arrêt des activités. Les arrêts de travail pour cause de problèmes climatiques sont généralement appliqués par les sociétés évoluant dans le domaine du bâtiment et des travaux publics.

Outre les indemnités proposées par les entreprises, les intérimaires ont le droit de bénéficier d’allocations chômage, au même titre que les autres demandeurs d’emploi.  Néanmoins, les règles concernant les allocations pour les travailleurs temporaires sont relativement différentes des dispositions applicables aux autres chômeurs.

Pour information, les salariés temporaires n’ont pas accès aux indemnités compensatrices de préavis, contrairement aux employés traditionnels.